Holding out for a hero

/
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -29%
Griffoir Lion pour chat
Voir le deal
9.99 €

Partagez | 
 

 Une souris et des femmes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Ad astra per aspera

Phillys Smith

Phillys Smith


Messages : 110
Date d'inscription : 04/06/2013
Age : 25
Localisation : New York


Une souris et des femmes _
MessageSujet: Une souris et des femmes   Une souris et des femmes I_icon_minitimeDim 9 Juin - 8:34

Phillys avait froid et elle était fatiguée. Mais Castor n'allait pas bien, Castor était malade. Et Castor, tout petite souris qu'elle fut, était l'ami de Phillys. Alors qu'importe le froid matinale de New York et les nuits d'insomnies, Castor devait être sauvée. A vrai dire Castor n'était pas à proprement parler malade, juste éteinte. Elle dormait souvent, ne jouait plus dans sa roue et passait son temps à se gratter et se mordre le dos. Si bien que le pelage avait déserté sa nuque et ses petites omoplates de souris.

Phillys savait s'occuper d'une vache ou d'un cheval.
Mais les souris n'étaient pas vraiment son domaine; sa famille avait plus vite tendance à exterminer tout ce qui ressemblait de près ou de loin à un rongeur qu'à se préoccuper de leur petites misères. Or Phillys aimait bien les souris.
Leurs petites moustaches chatouillaient son nez, leurs yeux, comme de minuscules joyaux, était vifs et pleins de vie. Ces bêtes là étaient de vraies acrobates et se faufilaient dans des endroits improbables en quête d'abris ou de nourriture. Et surtout les souris vivaient au même rythme qu'elle.
En dehors de cela, la hacker s'était habituée à la présence de Castor auprès d'elle. A ses bruits de vie quand elle travaillait la nuit. A sa forme qui vagabondait sur son bureau, sautant sur les touches du clavier et naviguant entre les câbles des machines. Elle s'était habituée au fait que la souris était curieuse de tout et jeter un regard intéressé sur ses outils.

Phillys avait du mal à s'approcher des autres, à discuter avec eux. L'institut Xavier lui avait au moins apprit le travail d'équipe et la vie en communauté. Si bien que même en restant une solitaire, elle était toujours entourée : par les étudiants, les X-Men, les professeurs... Cette agitation lui manquait et Castor produisait suffisamment de présence pour que sa solitude ne devienne pas pesante. Et puis Castor était drôle et Phillys traduisait chacun des signes du rongeur et tirait de ses silences un alphabet.

Tout simplement Phillys aimait sa souris.

Elle avait rapidement consulté l'annuaire et avait trouvé l'adresse d'un vétérinaire. Elle avait prit un rendez-vous et s'efforcait de s'y rendre, la petite cage de transport couverte d'un linge.

" Peut être, songeait-elle en marchant lentement, prenant garde à ne pas secouer la cage, qu'elle a du mal à se faire à l'air de New York, au changement de climat ? "

Elle secoua la tête, la température n'était pas si différente entre le New York et Minneapolis et puis cela n'expliquait pas les démangeaisons dont souffrait la petite bête. Peut être était-ce un champignon, ou un parasite ? Peut être Castor était-elle simplement en fin de vie ?

Le cœur serré à cette idée, Phillys se concentra sur autre chose. En l'occurrence sur le trajet qui la mènerait à la clinique vétérinaire.
C'est en se mordillant les lèvres, assez inquiète, qu'elle entra dans la clinique et s'installa dans la salle dite d'attente.

"Calme toi, s'admonesta -t-elle, ne te rend pas malade."

Au moment où elle pensait celà, elle sentit le petit museau de Castor effleurer doigts posés sur un coin de la cage.



_________________
La connaissance c'est le pouvoir...
Revenir en haut Aller en bas



Anwen C. Rhydwyn

Anwen C. Rhydwyn


Messages : 109
Date d'inscription : 21/02/2013


Une souris et des femmes _
MessageSujet: Re: Une souris et des femmes   Une souris et des femmes I_icon_minitimeSam 13 Juil - 13:11

Une souris et des femmes 1373752735-phillys Une souris et des femmes 1373752735-anwen
Phillys & Anwen

C’était calme aujourd’hui à la clinique, et les deux jeunes gens que j’avais engagés pour travailler avec moi se débrouillaient parfaitement sans que je ne sois sur le dos pour vérifier. Je terminais de m’occuper d’un chaton qui a trop faire le foufou s’était fouler une patte. Même si j’étais aveugle, je savais parfaitement ce que je faisais, en même temps tout était prévu pour que je m’y retrouve. Et j’avais l’habitude. Je soulevais le chaton à hauteur de mon visage, comme si je voulais le regarder.

« Maintenant tu ne vas plus faire le foufou, hein ? » Un petit « miaouuu » me répondit et je souriais en ramenant le chaton à la petite fille. « Tient ma grande. Surveille bien ta boule de poil. » La petite fille hocha la tête et j’allais parler avec la maman de la demoiselle. Une fois les deux parties avec le chaton je m’asseyais pendant que mon assistante, une jeune fille encore aux études qui faisait son stage ici, allait chercher la prochaine personne.

Je soupirais un peu, et la porte de ma salle de consultation s’ouvrit, je me redressais correctement en saluant la jeune femme. « Bonjour. Asseyez-vous. » Au vu du petit couinement que j’entendis c’était pour une souris, mais je laissais la jeune femme m’expliquer ce qui arrivait à sa souris. Mais avant qu'elle ne m'explique je me tournais vers Katy, ma stagiaire. « Vas t'occuper des papiers s'il te plait, tu sais ce qu'il faut hein? » Elle acquiesça et me laissa seule avec la jeune femme et sa souris. « Bien alors, qu'est-ce qui arrive a votre souris ? » Demandais-je. Il fallait juste espérer qu'elle ne s’inquiète pas du fait que je sois aveugle, ce serait ennuyant de devoir la rassurer sur le fait que j'étais bien assez compétente.

_________________

Peluche ? Vous avez dit peluche ?:
 
Revenir en haut Aller en bas


Ad astra per aspera

Phillys Smith

Phillys Smith


Messages : 110
Date d'inscription : 04/06/2013
Age : 25
Localisation : New York


Une souris et des femmes _
MessageSujet: Re: Une souris et des femmes   Une souris et des femmes I_icon_minitimeMar 23 Juil - 10:53

Phillys avait patienté quelques temps, ses pensées ne parvenant pas à se détacher du petit être dans la cage. L'air frais semblait avoir fait du bien à Castor, en tous cas Phillys l'entendait gratter la sciure et faire son nid.
Peu de temps après son arrivée, elle vit ressortir une fillette à chat accompagnée d'une femme plus âgée qui, au vu de la ressemblance, devait être sa mère. Les deux dames étaient escortées d'une jeune femme dont la blouse blanche révélait bien le statut. Celle-ci fit signe à Phillys de la suivre et l'informaticienne s'exécuta la cage de Castor à la main. Elle se sentait un peu nerveuse en pénétrant dans la salle de consultation.

La première chose qui frappa Phillys était le parfait ordre de la pièce : les objets étaient particulièrement bien rangés, rien ne dépassait. Cependant l'esprit analytique de la jeune fille ne comprit quelle logique déterminait le classement des outils : ce n'était pas leurs apparences (tailles, couleurs, formes) ni leurs fonctions, l'agencement de la pièce était comme un puzzle bien ordonné, un kaléidoscope sans verre, un cryptogramme dont la clé de lecture manquait...

Apercevant soudain ce qui semblait être la vétérinaire ( blouse blanche, badge et présence dans la pièce près de la table d'auscultation) Phillys comprit. C'était ELLE la pièce maitresse de la salle, tout s'organisait autour d'elle pour qu'elle puisse agir et travailler sans faire attention, "les yeux fermés" songea Phillys. Elle n'aurait cependant pas du être si étonnée, pratiquant le même type de rangement puisque travaillant souvent de nuit, voir dans le noir complet.

Elle était à présent entrée dans la salle et répondait d'un timide " Bonjour " au salut du docteur Rhydwyn.
Le temps qu'elle s'asseye et que la vétérinaire adresse quelques mots à son assistante son esprit avait déjà, en machine bien huilée, traitée d'autres informations.
La praticienne était plus petite (et ce d'une bonne quinzaine de centimètres) qu'elle même, ses cheveux possédaient une teinte étrange entre la couleur du miel et celle du blé mur et ses prunelles étaient un vasistas ouvert sur un ciel d'hiver. Ses yeux étaient fixes et ses gestes assurés. Il n'y avait, dans ses mouvements, aucune place pour le parasite.
L'ordonnance de la pièce, les prunelles immobiles et la gestuelle sans failles firent comprendre à Phillys ce qu'elle ne savait pas.

" Elle est aveugle... " Réalisa-t-elle

Bien que le fait soit insolite, Phillys se contenta de le retenir. Si cette jeune femme, bien que mal voyante, avait pu ouvrir une clinique c'est qu'elle était compétente. Et Phillys, asperge de dix-neuf ans à peine, détentrice de plusieurs diplômes, mutante et hacker savait que les apparences ne signifiaient pas grand chose. Elle même ne paraissait pas au premier regard être ce qu'elle était.

Aussi elle répondit normalement à la question de la vétérinaire, sentant monter en elle une vive admiration pour cette interlocutrice qui avait réussit ce que beaucoup jugerait impossible.

- Depuis quelques temps elle ne va pas bien. Elle est quasiment inactive et quand elle ne dors pas elle se gratte voir se griffe au niveau de la nuque et des omoplates. Sa peau est apparente et j'ai peur qu'elle finisse par se blesser.
Nous avons déménager de Minneapolis il y'a deux mois et elle agit ainsi depuis trois semaines...


Phillys tentait de rester calme en amenant ses explications, jugulant la panique dans sa voix grave, et tachant de garder son pouvoir sous contrôle.  Elle faisait parfaitement confiance au vétérinaire, et les gens qui aimaient les animaux étaient souvent,selon elle, plus que dignes de confiance.
Cependant dans son état de fatigue et de nerfs, ajouté à cela l'angoisse qu'elle avait vis à vis de Castor, risquait fort de lui faire faire exploser une ampoule, voir carrément péter les plombs : au sens propre du terme.
Elle se concentra sur le Dr Rhydwyn et celle ci paraissait si calme, si tempérée, si sûre que Phillys trouva dans cette vision le réconfort qu'il lui fallait.
Se retenant de soupirer, elle ne pu cependant s'empêcher de penser " Qui vivra verrat "

_________________
La connaissance c'est le pouvoir...
Revenir en haut Aller en bas



Anwen C. Rhydwyn

Anwen C. Rhydwyn


Messages : 109
Date d'inscription : 21/02/2013


Une souris et des femmes _
MessageSujet: Re: Une souris et des femmes   Une souris et des femmes I_icon_minitimeMer 31 Juil - 15:02

Une souris et des femmes 1373752735-phillys Une souris et des femmes 1373752735-anwen
Phillys & Anwen

Si cette jeune femme avait remarqué ma cécité, elle avait apparemment décidé de ne faire aucune remarque. Heureusement, parce que je ne supportais pas qu’on me fasse des remarques au sujet l’incompatibilité flagrante entre ma cécité et mon travail, que je faisais parfaitement bien soit dit en passant. Grâce au fait que je pouvais parler aux animaux et les calmer, mais bref, la jeune femme devant moi s’inquiétait pour sa souris.

Hum... j’écoutais patiemment ce qu’elle me disait et j’hochais la tête. « Je vois... » J’ouvrais la cage de transport de la souris et je l’attrapais en douceur, la souris qui s’appelait Castor se laissa faire et je la gardait dans mes mains. Je passais un doigt là où elle se grattait en fronçant légèrement les sourcils. Le déménagement ne pouvait pas être la cause de quoique ce soit, la souris aurait été malade depuis plus longtemps. Donc ça devait dater de trois semaines.

« Est-ce qu’il s’est passé quelque chose il y a trois semaines ? » Demandais-je en examinant doucement Castor. Ça n’était pas trop grave, et ce ne serait pas dur de la soigner ça ne prendrait que quelques jours aussi plus ou moins. Mais il fallait savoir ce qui avait causé ça, pour que ça ne se reproduise pas.

_________________

Peluche ? Vous avez dit peluche ?:
 
Revenir en haut Aller en bas


Ad astra per aspera

Phillys Smith

Phillys Smith


Messages : 110
Date d'inscription : 04/06/2013
Age : 25
Localisation : New York


Une souris et des femmes _
MessageSujet: Re: Une souris et des femmes   Une souris et des femmes I_icon_minitimeMer 7 Aoû - 4:05

Phillys observait le docteur Rhydwyn tandis qu'elle attrapais Castor.
Elle prenait toutes précautions nécessaires et cela mettait Phillys en confiance. Ses gestes étaient pleins de douceur vis à vis de Castor.
Pendant ce temps, la hacker réfléchissait. Elle n'avait changé ni l'alimentation de la souris, ni le type de sciure parsemant sa cage.
Ça faisait plus d'un mois que les cours s'étaient terminés et environ trois semaine qu'elle était très souvent au loft dans la journée.
Comme Castor n'était pas diurne, elle n'ouvrai pas les volets ou les fenêtres dans la pièce ou se trouvait la souris durant la journée.
En revanche elle le faisait pour les autres pièces et elle avait, a plusieurs reprises, trouvé des amas de pollen sur le sol ou coincés sous les portes.
Le vent devait les transporter, sinon depuis Central Park, du Square au bout de la rue.
Logique implacable, Phillys n'était pas allergique au pollen et elle avait passé beaucoup de temps en extérieur durant son enfance et son adolescence.
Mais Castor, était une souris élevée en captivité et les parasites et autres facteurs naturels devaient l'affecter plus qu'un rat des champs.
Dubitative, la hacker fit part de son constat au vétérinaire qui maniait toujours la souris avec talent.

" - Avec la fin des cours, je suis souvent chez moi durant la journée. A cause de la chaleur j'ouvre les fenêtres pour aérer l'appartement. Je laisse la pièce de Castor tranquille durant la journée puisqu'elle dort.
Mais j'ai trouvé pas mal de pollen, comme je n'y suis pas sensible je ne m'en suis pas méfiée.
C'est possible que ce soit ça qui la rende malade ?


Elle s'inquiétait toujours. Mais ce sentiment faisait office de toile de fond.
Le docteur Rhydwyn était très professionnel et Phillys se sentait confiante...


Dernière édition par Phillys Smith le Jeu 12 Sep - 22:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas



Anwen C. Rhydwyn

Anwen C. Rhydwyn


Messages : 109
Date d'inscription : 21/02/2013


Une souris et des femmes _
MessageSujet: Re: Une souris et des femmes   Une souris et des femmes I_icon_minitimeMer 11 Sep - 16:25

Une souris et des femmes 1373752735-phillys Une souris et des femmes 1373752735-anwen
Phillys & Anwen

J’examinais doucement et en douceur Castor pendant que sa propriétaire réfléchissait à ce qui avait pu se passer. Gardant la souris dans une main, elle ne bougeait pas complètement calme et détendue, ça avait du bon d’avoir ce don de calmer les animaux. Et puis elle me parlait aussi, la souris hein, je la comprenais.

La jeune fille prit finalement la parole et m’expliqua qu’elle était souvent chez elle durant la journée, qu’elle ouvrait les fenêtres pour aérer mais qu’elle laissait la pièce de Castor tranquille pendant la journée. Hum... Puis elle parla du pollen. Elle me demanda si c’était possible.

« Eh bien, les animaux surtout les animaux de compagnies, peuvent avoir des allergies. Donc c’est possible oui. » Je reposais Castor dans sa cage de transport pour aller récupérer dans une de mes armoires un onguent que j’avais fabriquer à base de plantes d’Asgard, mais chut c’était un secret ça. Je retournais vers mon bureau et je déposais le pot d’onguent.

« Il faut lui mettre ça là où elle se gratte pendant 5 jours. Et éviter qu’elle ne soit en contact avec du pollen. » C’était tout ce qu’il y avait à faire, appliquer l’onguent et ensuite empêcher tout contact avec du pollen. Je ne voyais que ça de toute façon.

_________________

Peluche ? Vous avez dit peluche ?:
 
Revenir en haut Aller en bas


Ad astra per aspera

Phillys Smith

Phillys Smith


Messages : 110
Date d'inscription : 04/06/2013
Age : 25
Localisation : New York


Une souris et des femmes _
MessageSujet: Re: Une souris et des femmes   Une souris et des femmes I_icon_minitimeSam 21 Sep - 10:31

L'informaticienne fixait son regard sur la vétérinaire, sa respiration arrêté, l'esprit entièrement tourné vers le petit rongeur qui était entré dans sa vie. Castor était calme entre les mains du Docteur Rhydwyn et Phillys songea qu'elle n'était donc pas seule à ressentir cette sérénité en sa présence. La souris émettait de petits couinements et ce chant étrange, fit venir un sourire aux lèvres de la jeune femme.
Elle avait nommé le rongeur d'après son propre pseudo en temps que hacker, "Pollux". Cet alias lui venait lui même de sa passion pour la mythologie et faisait référence aux jumeaux héroïques, les enfants de Zeus et d'Amphitryon, Castor et Pollux.
L'un était à moitié Dieu; tandis que l'autre né d'un simple humain était mortel.
A la mort de son frère, le jumeau divin ne pouvant supporté la perte avait disparu avec lui. Et Zeus avait créer, pour leurs rendre hommage, la constellation des Gémeaux...
Phillys aimait sa souris et le discours que tenait la vétérinaire, suffit à apaiser son cœur et réduire à néant l'inquiétude qui paralysait sa poitrine et, il lui paraissait, faisait geler son sang dans ses veines.
Comme semblait s'être éloignés soudain le vent, la fatigue et les nerfs à fleurs de peau...
" C'est une vue de l'esprit " Se résonna-t-elle, s'étonnant de la façon dont une nouvelle aussi secondaire, voire subsidiaire que  " Votre souris va bien " pouvait la soulager et la ravir.

Elle souriait et hochait la tête à tout ce que disait la praticienne, bien qu'elle sut que celle-ci n'en pouvait rien voir. Elle avait l'envie soudaine, et irrationnelle au possible, de danser, faisant virevolter en tous sens ses cheveux et les pans de sa trench noir.
Sa félicité éclipsa même un instant, sa curiosité naturelle qui l'aurait poussé à demander davantage d'informations au sujet de ce médicament miracle... Mais elle se contenta de caresser un instant Castor quand celle ci fut revenue en ses mains, pressant sa joue contre le doux pelage blanc, humant l'odeur caractéristique de souris qui s'en échappait. Ses épaules s'étaient relâchées et elle sentait que sa journée prenait un nouveau départ, plus radieux, plus agréable, au moins pour un temps.
Phillys remit Castor dans sa cage, récupérant l'onguent et dit avant de partir régler médicaments et consultation :

" - Je ne sais comment vous remercier Docteur Rhydwin,  Castor représente beaucoup pour moi. Je vous admire beaucoup de pratiquer un métier comme le votre avec autant d'aisance.
Vous n'en aurez probablement pas l'utilité mais si vous avez un problème d'ordre informatique, n'hésitez pas à me contacter. J'aurais grand plaisir à vous rendre service.


Elle lui donna sa carte, qui était également écrite en brail, elle savait que ces dernières années de nombreux logiciels s'étaient développés à l'usage des aveugles et des mal-voyants pour leur permettre d'entendre des lectures et donc de pouvoir d'une certaine manière "lire".
Le sourire aux lèvres elle ajouta :

" - J'espère sincèrement que l'on se recroisera, dans des circonstances différentes. "

Et la cage à la main, elle se dirigea lentement vers la porte.


Dernière édition par Phillys Smith le Mer 23 Oct - 12:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas



Anwen C. Rhydwyn

Anwen C. Rhydwyn


Messages : 109
Date d'inscription : 21/02/2013


Une souris et des femmes _
MessageSujet: Re: Une souris et des femmes   Une souris et des femmes I_icon_minitimeSam 19 Oct - 16:55

Une souris et des femmes 1373752735-phillys Une souris et des femmes 1373752735-anwen
Phillys & Anwen

Ce n’était pas un métier facile tous les jours, souvent on doutait de mes capacités à exercer et je devais souvent prouver que j’étais compétente. Sûrement plus que mes confrères. Mais j’étais habituée, je connaissais mon métier, j’avais des médicaments que d’autres n’avaient pas et que j’avais fabriqué moi-même avec des plantes Asgardiennes.

En tout cas, la jeune femme semblait heureuse de savoir que sa souris irait bien avec mon onguent. J’avais heureusement eu un bon professeur pour ce genre de chose, un vieux guérisseur de ma connaissance qui malheureusement n’avait rien pu faire pour mes yeux, et qui en avait sûrement été le plus déçu.

Elle me remercia et me dit que Castor représentait beaucoup elle. Ajoutant qu’elle m’admirait beaucoup de pratiquer un métier comme le mien et j’étais sûre de rougir avec ce genre de compliment. « Vous savez je ne fais que mon métier, un simple merci suffit. » Je lui souriais, en passant une main dans mes cheveux. « Et je comprends... on s’imagine toujours le pire dans ces cas-là. » Et ça ne valait pas forcément uniquement pour les animaux.

J’attrapais la carte qu’elle me donnait et j’hochais la tête. « Pas de problème, je n’hésiterais pas. » Elle me dit ensuite qu’elle espérait qu’on se recroiserait, dans des circonstances différentes, je souriais nouveau en hochant la tête.

« Ce serait un plaisir. N’hésitez pas à passer me donner des nouvelles de Castor. »

Parce que je n’aimais pas ne pas avoir de nouvelle de mes « patients » après leur retour chez eux.


[Bon ben, je te laisses clôturer ? Et on pourra voir pour refaire un rp plus tard, si on trouve une idée xD]

_________________

Peluche ? Vous avez dit peluche ?:
 
Revenir en haut Aller en bas


Ad astra per aspera

Phillys Smith

Phillys Smith


Messages : 110
Date d'inscription : 04/06/2013
Age : 25
Localisation : New York


Une souris et des femmes _
MessageSujet: Re: Une souris et des femmes   Une souris et des femmes I_icon_minitimeMar 18 Fév - 5:53

Phillys n'avait rien à ajouter.
Anwen Rhydwyn lui paraissait être quelqu'un d'incroyable et elle ne se remettait pas de toutes les différentes émotions qui l'avaient traversées durant le peu de temps qu'elle avait passé dans ce cabinet.
Elle avait la sensation de regagner confiance.
De trois-quart, à moitié retournée, quelques secondes encore, elle regarda la vétérinaire.

" -- Eh bien, au revoir. "

Elle grava dans sa mémoire sa stature, les traits de son visage, la façon dont la lumière des néons jouait dans ses cheveux et dans ses yeux qui ne pouvaient pas voir; c'était la façon dont l'informaticienne s'ancrait dans la réalité, en posant un repère en la personne d'Anwen, étrange praticienne au nom plus étrange encore.

«  Venue de contrées lointaines en phare insolite de la Grosse Pomme ? » Songea Phillys dans un haussement d'épaules en passant la porte.

Le remède dans la poche, Castor dans sa cage de voyage, elle se présenta à nouveau à l'accueil pour régler médicament et consultation. Elle profita d'avoir les mains libres, l'encombrante boîte sur le comptoir, pour enfiler ses verres teintés.
Quittant le cabinet, elle regagna les rues encombrées et puantes de New York, cheveux dans un vent chaud des plus artificiel mais n'en ayant cure. Castor pointait le bout de son museau, goûtant l'air de ses moustaches, ses yeux de créature nocturne résolument fermés face à l'ardeur soudaine des rayons de l'astre du jour.
Regagnant son studio, sa souris en voie de guérison avec elle, Phillys se dit qu'après tout, elle commençait à se plaire à New York. Ou au moins, elle ne s'y sentait plus si seule.
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé




Une souris et des femmes _
MessageSujet: Re: Une souris et des femmes   Une souris et des femmes I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Une souris et des femmes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Holding out for a hero :: La Terre :: New York :: Les rues :: Clinique vétérinaire d'Anwen-
Sauter vers: