Holding out for a hero

/
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Il y a des jours comme ça où il vaudrait mieux rester couché.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Messages : 67
Date d'inscription : 23/03/2013
Localisation : Central Park ?


MessageSujet: Il y a des jours comme ça où il vaudrait mieux rester couché.   Dim 24 Mar - 10:19

Parfois, je me demande juste « Pourquoi moi ?»

    Sept heure. Quelle horreur. Était-ce réellement nécessaire ?
    ... Bien sûr que oui.

Et le réveil sonne, sur cette chanson qui refuse de s'arrêter, malgré les grognements doux et incompréhensibles de la belle. Les cheveux comme un nid de corneille, les yeux encore ensommeillés, elle tâtonne à la recherche de l'objet infernal.
Dure journée, qui commence, pour elle.

En un long soupire résigné elle se lève, virant d'un geste maladroit les draps de flanelle, lâchant un petit bâillement sonore, tel un miaulement de chaton nouveau né. Elle se traine maladroitement jusqu'à la salle de bain miteuse, allume la lumière vintage, et se dévêtit en prenant conscience que sa journée s'entame pleinement.
Elle lâche un petit couinement désabusé, avant de se glisser sous l'eau salvatrice de la douche, chaude et douce, qui détend ses muscles endoloris de la veille.

Lundi.
Une nouvelle journée, d'une nouvelle semaine.
Elle prend le temps de se laver, passant le gant sur sa peau pour se réveiller, lavant ses cheveux emmêlés. Une odeur de vanille flotte autour d'elle, mêlée à celle de l'eau, comme de la rosée fraîche.
La veille, elle finissait de déménager, installant ses meubles et autres breloques dans le petit appartement aux allures insalubres qui lui sert désormais de QG. Le Bronx, ce lieu noir et poussiéreux, qui recèle pourtant de trésors inavouables. Ce quartier chargé d'histoire, des faits oubliés et hors du temps.
Un peu comme elle.
Elle fredonne un air de soul, son préféré, finissant son décapage matinal, se réveillant complètement au son de son autoradio qui se met à fonctionner automatiquement, faisant écho à sa voix.

Sept heure et demi, et la voilà sortie et réveillée, habillée de son jean préféré et d'une simple chemisette blanche, sa seule paire de converses aux pieds. Il fera beau, aujourd'hui, inutile de se vêtir trop chaudement.
Elle attrape une tartine de pain, mettant en route la machine à café, avant de s'installer à sa fenêtre et fixer les rues qui s'animent.
Lundi. Premier jour de la semaine. Premier jour d'emploi dans ce starbuck, non pas celui d'à coté, mais celui en plein centre de Manhattan. Léger soupir.
Elle se demande bien si elle aura le temps, à la pause de midi, pour s'acheter un baggel. Qu'importe, au final. Elle sait déjà que la journée sera longue et qu'il va falloir enchaîner les commandes et les commérages des clients mécontents. Une sorte de vieille habitude, en quelque sorte. Elle connait déjà les ficelles.

Elle mange sa tartine, avant de regarder la pendule à l'effigie de Gros Minet, Sylvestre en soit, son Looney Toons préféré. Elle attrape sa tasse de café et se l'enfile, sans même prendre de le savourer, terminant son décrassage matinal par le passage obligatoire aux toilettes et dans la salle d'eau pour se brosser les dents.
Elle ne prend pas la peine de se maquiller. Comme si cela allait changer quelque chose à ces cernes violacés et sa pâle figure. Elle attrape son sac, celui en cuir où traine son carnet à dessin et ses crayons à papiers 2H, HB, 4B, ses critériums, fusains et sanguines. Elle vérifie que son porte monnaie et son mp3 s'y trouvent de même, avant d'attraper sa veste en jean, son portable et ses clés, éteindre les lumières et filer.

Lorsqu'elle arrive au café, il est 8h30 passé. Un peu en retard, mais au moins a-telle l'excuse valable des transports bondés, auxquels elle n'est pas habituée. Cela et le fait qu'elle se soit perdue en chemin par la même bête idée. Elle s'excuse platement, avant d'aller se changer, troquant son jean confortable pour cet uniforme rose délavé et le tablier blanc cassé. Hideux, en soit. Mais on fait avec ce qu'on a, aucune chance de l'entendre revendiquer un quelconque argument négatif à ce sujet.
Au moins, se dit-elle, elle sait déjà se servir de la machine à café et des instruments présents pour servir les clients ... Un mal pour un bien espère t-elle. Il n'y a plus qu'à prier pour qu'elle ne glisse pas avec ses talons inconfortables. Ces mêmes talons avec lesquels elle ne sait pas marcher.

La matinée fût agitée, comme elle s'en était doutée. Elle n'a pas cassé de verres, à son grand soulagement, mais a en revanche manqué de se tuer une bonne vingtaine de fois. Comment ? Pourquoi ? Les talons, ce fléau. Surtout pour elle et ses chevilles maigres.
Évidemment, elle s'est attirée certaines foudres, faisant rouspéter les clients pressés, de par sa maladresse. Mais certains l'ont au moins aidé, gentiment, l'encourageant silencieusement. Comme quoi, parmi le flot incessant de ces gens de New-York, certains connaissent malgré tout la galanterie et la subtilité.
Zen. Ne pas se mettre à hurler dès la première journée de boulot. Ça ferait tâche, après tout. Et elle n'a pas besoin de cela, surtout pas maintenant. Pas avec le loyer à payer en tout cas.
Elle ne prend sa pause qu'à 14h30, lorsque la bicoque redevient un tant soit peu plus calme et silencieuse. Elle attrape une pomme, dans ses pensées, enlevant ses chaussures inconfortables un instant. Elle la croque en fixant la rue, contemplant la foule de gens pressés qui se tasse et s'active, en retard à un quelconque rendez-vous important.
New-York, hu ? Son père n'aurait pas aimé cela.
Quoi que.

Elle sourit, regagnant un semblant de vitalité en un instant.
Il se serait débrouillé pour voir la vie du bon coté, elle le sait. Certainement en lui montrant qu'elle, au moins, n'avait pas à courir partout.
Non. Courir, elle le ferait demain, dans Central Park, dès le lever du jour, voir bien avant.

Elle croque de nouveau sa pomme, savourant le nectar sucré, le goût tendre dans sa bouche rosée. Elle s'étire, se prend par la suite un café, son second de la journée, et remet les maudits talons pour retourner travailler.
Elle aurait volontiers appelé cela purgatoire, si seulement il n'était pas entré. L'horloge sonnait victorieusement les quinze heures, soit encore une heure et demi avant qu'elle ne puisse terminer sa journée. Encore une heure et demi à vaciller, sur ces échasses affreuses et douloureuses, dans ces vêtements inconfortables et usées.
Elle soupire en silence, priant le ciel, avant de se diriger vers cette table où l'on lui a demandé un café et deux chocolats. Seulement, parce que c'est toujours ainsi que commence les contes de fées, la commande n'arrive pas à destination. Évidemment que non. Cela aurait été trop bête, si cela avait été le cas.

Elle plaque ce sourire faux sur son visage gracile et marqué par la fatigue, se dirigeant vers les clients d'une démarche hasardeuse qu'elle essaie de rendre sure, inconsciente du futur qui tourne et accélère. Elle trébuche, en effet, malencontreusement sur une serviette laissée sur le sol, en désirant éviter de frôler l'homme nouvellement entré -celui-là même aux cheveux d'un brun foncé qu'elle devine chocolat-, et cela lui suffit pour que son fragile équilibre ne vole en éclat. Le choc, violent, se fait ressentir, et déjà elle sent le liquide brûlant lui transpercer la peau, passant à travers la fine couche de sa chemise, sa jupe rosée virant marron chocolat.
Elle ne grimace pas, ne se rendant pas compte que sa tenue restera tachée qu'importe le nombre de lavages effectués. Elle ne fait même pas attention au fait évident qu'après un coup pareil, elle sera certainement virée.
Non. Tout cela n'est rien, comparé à l'angoisse morbide qui la prend sinueusement, lui broyant la poitrine, tandis qu'elle cherche de ses yeux bleus inquiets ceux de l'homme étranger, frénétiquement.

Je ... Je suis désolée ... Vous n'avez rien ?

Elle pose le plateau par terre, doucement, sans plus se préoccuper des véritables convenances. Elle attrape les serviettes qui s'y trouvaient, et les pose là où une tâche sombre se forme sur son vêtement, pressant doucement. L'odeur de café envahit l'espace, lourd et capiteux, amer, contrastant avec la couleur rouge qui colore délicatement ses pommettes, allant néanmoins de pair avec son regard emplit d'effroi qui va et vient, allant de la tâche au regard de l'homme qu'elle a bousculé.
Plus rien n'existe dans la pièce dès à présent. Et au fond, l'ironie du sort voudrait qu'elle devienne dès maintenant cette Alice, venant tout juste de tomber dans ce fameux trou de lapin.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Messages : 8
Date d'inscription : 18/02/2013


MessageSujet: Re: Il y a des jours comme ça où il vaudrait mieux rester couché.   Mar 7 Mai - 1:33

Spoiler:
 

Midgard, un monde qui a tellement évolué et changé quand j'étais endormi, sans doute celui qui c'est le plus transformé et qui se transforme constamment. D'aussi loin que je me souvienne, de tous les royaumes qui peuplent l'univers, Midgard a toujours été mon préféré. J'ai une fascination sans borne pour les Midgardiens, si fragile et qui font preuve de tellement d'intelligence, d'ingéniosité, sans parler de leurs sentiments qui peuvent les rendre si incroyable et imprévisible. Je ne me lasserais jamais je pense de les observer et de me promener parmi eux.

C'était une magnifique journée qui commençait, et comment aurait-il pu en être autrement? J'avais retrouvé mon frère, ma vie, ma lumière. Mais bien que cela me déchire le coeur, aujourd'hui chacun serait de son coté, il devait faire certaines choses que je n'avais pas bien saisie. Pour ne pas rester déprimer dans mon coin, je décidé de faire un tour sur Midgard donc. Et pour être sur de ne pas m'ennuyer, je me rendis à Manhattan, là bas il se passait toujours quelque chose. Je pris soin de revêtir mon apparence humaine, un loup noir géant aurait créé la panique la plus totale puisque les Midgariens n'ont pas conscience des véritables choses incroyables qui se trouvent tout autour d'eux. Très vite ma bonne humeur parti quand baigné dans la foule je me fis bousculer et insulter sans arrêt. J'avais beau admirer ces êtres, être pris dans cet engrenage urbain m'était insupportable et n'arrangeait pas mon humeur.

Un café! Mais bien sûr! Un endroit tranquille où l'on va pour fuir la masse en se sustentant de mets plus étranges les uns que les autres. C'est ça qu'il me fallait, l'endroit idéal pour observer tranquillement sans être malmené par les gens pressés. Il y avait tant de choses dites, d'actes commis sans s'en rendre compte dans ces endroits, c'était tout bonnement fascinant. Je ne pus retenir un sourire et c'est avec lui que je me dirigea le pas pressé vers la boutique. Un homme en costard qui devait se croire au dessus de tout, même des règles de bienséance de son monde, me bouscula violemment et commença à m'insulter et à crier. La coupe était pleine, mes oreilles et mes nerfs ne le supportait plus. J'enpoignais fermement l'homme par le bras et telle une poupée de chiffon, je le souleva du sol et l'envoya valser deux mètres plus loin, son corps s'étalant sur des poubelles. Comme je m'y attendais, tout le monde pressé, personne ne fit attention à la scène, bien trop occupé avec leurs propres vies.

Je remis mes vêtements légèrement froissés en place et entra donc dans le café. Une odeur mi sucré, mi amer me vint aux narines. Une odeur bien particulière qu'on ne retrouve que dans ce genre d'endroit, une odeur qui vous emplie le coeur de chaleur. Je fis quelques pas pour voir si une table était libre tout en commençant mon observation des humains, et oui je suis un curieux incorrigible. Je ne prêtais pas alors une attention particulière à la jeune serveuse blonde qui arrivait droit sur moi et qui me heurta violemment. Ma première pensée "Décidément c'est la journée!", la seconde "Wouaw c'est chaud!" J'avais reçu du liquide brûlant sur moi.

Alors que j'allais rouspété, je vies le visage tétanisé et terriblement désolé de la jeune femme qui semblait à bout de nerfs et qui s'excusa tout en tentant d'essuyer les taches apparues sur mes vêtements. Un sourire me vint aux lèvres, inutile de m'énerver, elle devait déjà s'en vouloir suffisamment et puis elle devait et avait l'air fatigué. Elle travaillait du mieux qu'elle pouvait et une maladresse était vite arrivée. Elle ne devait pas payer pour ma mauvaise humeur alors qu'elle n'y était strictement pour rien. Je regardais ce petit bout de femme et lui attrapais la main qui tentait de me laver. Je continue de lui sourire.

"Je vais bien ne vous inquiétez pas..."

Mais avant même que je ne puisse ajouté quoi que ce soit un homme arriva en hurlant, probablement le gérant de cet endroit. Je devinais à son air qu'il n'allait pas être des plus compréhensif avec son employé, je me devais d'aider cette jeune femme si charmante. Je vint à la rencontre de l'homme qui souhaitait savoir ce qui se passait. Si il arrivait jusqu'à la serveuse, elle serait foutu. Je lui tendis la main.

"Bonjour monsieur, ne vous énervez pas c'est entièrement ma faute, je payerais le matériel cassé et les dommages causaient à votre employée qui c'est montrée des plus charmante." Je sortis une liasse de billets que mon frère m'avait donné pour que je me débrouille un peu sur Midgard, il allait surement rouspété en apprenant que je les avais tous utilisé d'un coup mais, c'était un cas de force majeur.
"Voilà qui devrait être suffisant je pense" je n'avais que de très vague notion en ce qui concerné la monnaie, mais vu la tête que tira le gérant, je me dis que c'était assez et même plus. Je lui en donna donc la moitié, son visage ne bougea pas et il balbutia un "Faites comme chez vous monsieur et bie...bienvenue dans notre établissement." Il devait probablement me prendre pour un riche héritier ou un truc du genre. Je lui souris.

"Merci mon brave, j'ai une dernière faveur à vous demandez" Je rajouter deux billets "j'aimerais inviter cette jeune demoiselle à boire un met de son choix en ma compagnie, voilà de quoi couvrir ses horaires. Et je suppose que nous sommes bien d'accord, cette jeune personne n'aura pas à pâtir de ma maladresse et je reviendrais pour m'en assuré, aussi..." Je vint lui murmurer à l'oreille "inutile de vous faire comprendre que temps qu'elle reste, vous avez un client fidèle et de choix."

Il approuva d'un hochement de tête. Je me tourna alors vers la jeune fille et lui proposais ma main pour l'aider à se relever.

"Un peu d'aide mademoiselle"

Puis je devais m'expliquer sur mes dires, pas qu'elle se méprenne.

"Heum j'ose espéré ne pas vous paraître trop prompt en vous invitant à boire quelque chose à l'une de ces tables, ne vous en faites pas je me suis arrangé avec votre employeur. Vous m'avez l'air bien fatigué, c'est pour cela que je vous le propose, en tout bien tout honneur donc."

Serais-je convainquant?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Il y a des jours comme ça où il vaudrait mieux rester couché.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Holding out for a hero :: La Terre :: New York :: Starbuck-
Sauter vers: